Cela faisait longtemps que je n'avais pas repris les rennes du blog.  En effet depuis le mois d'Août l'association des Fisheurs Comtois préparait l'organisation de l'open float tube d'Osselle 2013. En tant que référent et admin du site, j'ai eu bien à faire. Ceci, compilé avec quelques sorties en deuxième, m'a un peu éloigné du sujet. Mais la truite, fermée où non reste ma passion première et je n'oublie pas de faire un petit retour sur ma dernière semaine de pêche sur la Loue histoire de conclure ma saison de pêche de la Truite 2013.

Je profitais de mes horribles horaires décalés pour pêcher le matin une heure ou deux avant de prendre mo poste à midi. Je ferais ainsi quelques sorties productives avec en moyenne 3 poissons par sorties dans cette loue qui ne désemplissais pas. Les pluie régulières chaques nuit maintenait un niveau pêchable et éloignant tous les autres pêcheurs des berges  pour avoir un maximum de chance de toucher de beaux poissons je monte la MH et joue avec mes chavots 4" montés avec un arlesey de 10 gr et alterne avec les farina 90s, ruty minnow 90sp et mon fidéle countdown 90 vairon. La palme reviendras au chavot qui me fera prendre une matinée pas loin de 10 truites de 30 à 35 cm en moins de deux heures le tout était de trouver le bon timing pour gratter le fond sans trop dériver ni être trop lâche sous peine de louper la majorité des touches.

truitechavot

Par contre il faudras que je remonte un peu sur le secteur pour trouver de vrais zébrées l'une succombera au ruty minnow 90 coloris real life truite fario une seconde ne résistera pas au count down 90 ultra-silent

RUTY

zebrée

 

Puis finalement le vendredi la Loue a encore monté d'un cran rendant la pêche un peu plus difficile sa couleur me rappelant les niveaux que l'on attends sur le doubs pour chercher le sandre je monte un slit shad 4" issu du zander kit monté sur TP fishead 15 gr avec un triple twinex en voleur vraiment pas un montage que j'aurais destiné à la truite "m'enfin"... A condition exceptionnelles, pêche exceptionnelle et c'est sur l'un des postes les plus connus de la Haute-Loue que je finirais cette saison en sortant un jolie truite en taille mais à la robe digne d'une portion de poissonnerie ces fameuses demi-sang alevinées il y a quatres ans par la société de Mouthier/Lods.

truite2

Je finrais donc cette saison sur quelques micro-sessions poissonneuses mais révélant un malaise sur la rivière. Un profond déséquilibre de souche issu d'une politique de ré-empoissonnement passée, favorisée par l'arrivée soudaine du no-kill sur un secteur à très forte pression de pêche et de prélèvement. Aujourd'hui ce déséquilibre est le cheval de bataille des irréductibles préleveurs qui souhaitent à tout prix revenir à une pêche prédatrice sous couvert de tradition et de respect du poisson. Oui, oui, "de respect du poisson", vous avez bien lu. Ce qui au sens strict est en partie compréhensible d'un certain point de vue. Pourquoi jouer à piquer les poissons de nos hameçons, les fatiguer, stresser et j'en passe pour finalement les laisser repartir affaiblis et plus ou moins blessés par nos manipulations. Alors qu'il suffirait de les piquer, fatiguer, stresser, manipuler pour finalement les tuer cela serait bien sûr plus humain. Tuer est dans notre nature et c'en est bien là une preuve assez flagrante: justifié la mort par la souffrance supposé de nos proies et l'appliquer comme soulagement presque comme un soin pour rendre salutaire notre prédation. Si je prélève un poisson je ne me cacherais pas derrière ce genre d'excuses, j'avouerais plutôt me porter en juge-executeur décidant que ce poisson n'a pas sa place dans le milieu pour X raisons (poissons blessé à l'avenir incertain ou poisson de souche exogène mettant en péril la subsistance de la souche indigène...) mais point de sensiblerie dans le prélèvement sinon rejoignons nos voisins suisses et allemand interdisant la remise à l'eau des nos prises. Bref je suis plutôt pessimiste quand à l'avenir de la pêche sur la Loue car j'ai moi-même du mal à justifier le fait de mal-traiter mes poissons alors que la rivière est déjà en mauvais état sinon que si les pêcheurs disparaissent, plus personne ne s'inquiètera de la disparition des truites et la rivière sera plus propres sans ces cadavres dérivant quand la dernière aura dévalée ainsi...